Retour à Yvetot – Annie Ernaux

retour à yvetot

Titre : Retour à Yvetot

Auteur : Annie Ernaux

Date de parution : 22 mai 2013

77 pages

Edition : du Mauconduit

Cet ouvrage est la transcription d’une conférence donnée le 13 octobre 2012 à Yvetot, par Annie Ernaux. Il est question de mémoire, de lecture et d’écriture. Elle nous fait part de ses questionnements. « Comment, en écrivant, ne pas trahir ce monde dont je suis issue ? ». Ce livre est accompagné de photographies, de citations de ses romans ainsi que des annexes de questions du conférencier et du public.

Mon avis.

Je l’ai trouvé très intéressant et je le conseille à ceux qui se lancent dans l’écriture autobiographique. Il permet également d’approfondir la lecture de ses différents ouvrages. Pour ma part, je n’ai lu que La Place.

Elle explique son rapport à la mémoire, ce qui l’a empêché de revenir plus tôt à Yvetot dont elle garde l’image de son enfance. Elle évoque ses territoires d’expérience, son école.

Elle apporte des anecdotes qui nous permettent de comprendre ses autres livres. J’avais évoqué, dans mon avis de La Place, le fait qu’elle mettait en exergue sa sensation d’être une étrangère dans sa famille du fait de son ascension sociale plutôt que de se voir intrus de la classe bourgeoise. A ce titre, j’ai beaucoup apprécié l’anecdote de la Javel. Une de ses camarades de classe est scandalisée de sentir une odeur de javel, elle le crie et Annie se tasse : c’est elle la « coupable ».

« En cet instant, la fille de quatrième que je suis saisit tout très bien, que l’odeur de la « Javel » – ainsi dit-on chez moi, et non « eau de javel » – qui était jusqu’ici le signe même de la propreté, celle des blouses de ma mère, des draps, du carrelage frotté et du sceau de nuit, une odeur ne dérangeant personne, bien au contraire est une odeur sociale, l’odeur de la femme de ménage de Jeanne D., le signe d’appartenance à un milieu « très simple » – comme disent les prof-, c’est-à-dire, inférieur. A ce moment, je hais Jeanne D. Je me hais encore plus. Non pas de ma lâcheté qui m’empêche de dire que c’est moi : je me hais d’avoir trempé les mains dans la cuvette d’eau, d’être ignorante des dégoûts du monde de Jeanne » p 21-22

Ce long extrait est éloquent et fait écho à ce que je disais. Elle a apprit les codes sociaux, malgré elle, de la classe bourgeoise. Et c’est ce que sont censés faire les élèves qui vont vivre l’ascension sociale. Dans le cas contraire, quand bien même ils accéderaient à de hauts postes, cela leur serait préjudiciable à mon avis. Toutes ces questions sont encore d’actualité pour ma part, malgré un accès facilité à la culture.

Elle évoque ensuite la lecture et l’écriture. Je ne vais pas mettre d’extrait car ce livre est très court et je veux éviter de recopier le livre. Cela dit j’ai beaucoup apprécié cette partie là. Comment écrire une autobiographie ? Comment écrire sans trahir son milieu ? Elle nous donnait déjà la réponse dans la place, je l’ai d’ailleurs citée en extrait, et elle l’approfondit ici.

Vous trouverez également, à la fin de son discours, des photos agrémentés de citation.

Les annexes composées des questions du conférencier et du public complètent l’ouvrage. Elle ne sont pas dénués d’intérêt. J’ai aimé qu’elle nous fasse part d’une anecdote concernant les inégalités sociales en tant que professeure de français. Je ne peux m’empêcher alors une dernière et courte citation.

« Je réalisais, au contact des élèves, qu’il y avait dans la transmission du savoir une forme de domination qui s’était exercé sur moi, que j’avais enfouie sous ma réussite scolaire et que, sans le vouloir, j’exerçais à mon tour. »

Je vous laisse découvrir l’anecdote qui a mené à cette révélation. C’est un livre qui se lit en moins d’une heure. Si vous avez l’occasion de le lire, n’hésitez donc pas !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s