Ichi the Killer – Hideo Yamamoto (Tome 1 à 10)

ichi 1

/ ! \ Attention, interdit aux moins de 16 ans. Ayant pu emprunter l’intégralité de la série composée de 10 tomes, je chronique son ensemble, évidemment sans ne détailler d’autres tomes que le premier.

Titre : Ichi The Killer

Auteur : Hideo Yamamoto

Pages : environ 200 par tome

Edition : Tonkam.

Ichi The Killer est l’œuvre majeure de l’auteur de Homunculus, adapté au cinéma par Takashi Miike. C’est donc un manga connu, mais je ne m’y étais jamais vraiment intéressée malgré mon appétence pour les seinen.

Résumé

L’histoire se passe dans un immeuble de Yakuza. Des parias qui ne sont ni des citoyens lambdas, ni des mafieux, décident de faire voler ce petit monde en éclat.

« Ils font leur business dans les failles du système juridique (…) Il ne nous reste plus qu’à chercher la « faille dans la faille » » (dit Papy, un paria.)

Papy est le « leader » de la bande de paria. On ne connaît pas les intentions de Papy, ou très peu : chercher la faille dans la faille, mettre la pagaille ! Mais peut-être que ceci cache des intentions plus profondes. Pour mener à bien son projet, il fait appel à un tueur très spécial qu’il est le seul à connaître : Ichi.

Avis

Dans le premier tome, on a du mal à cerner le personnage d’Ichi. C’est a priori un garçon, malmené par la vie (bizuté au lycée, etc.), qui a soif de vengeance et prend un fou plaisir à tuer. Dans les scènes où il est dans son bon jour, il parait normal voire gentil. Cependant, c’est un personnage torturé, du genre à aimer contempler la souffrance des autres tout en la réprouvant…Bref, il est très dérangé psychologiquement et on se demande comment il en est arrivé là.

– « C’est toi Ichi ?

– Je… J’ai terminé… SNIF

– Est-ce que… tu es encore en train de pleurer ?! »

L’histoire se développe lorsque les parias commencent à s’attaquer à Anjo, chef yakuza influent, le faisant disparaître sans laisser de trace (ou presque !). Le bras droit de ce dernier, un maso assez flippant, fera tout pour le retrouver. S’en suivra une guerre intéressante au sein de l’immeuble, mais gore, très gore.

Sur le côté gore, j’ai trouvé que ça allait très loin sur certains passages. C’est pour cela que ce manga est réservé à un public averti. C’est tordu, il explore les thématiques du masochisme (mais on est très loin de 50 nuances de grey hein !), des yakuza, de la manipulation, du bizutage.

Au-delà du gore et de la baston, j’ai trouvé qu’il y avait des réflexions intelligentes. Cela m’a même rappelé mes cours de RH à un moment. Ces éléments sont placé de manière anodine, dans le fil de l’histoire.

Conversation entre yakuzas sous-fifres.

– Le chef ne m’a jamais donné aucun blâme

– Parce que t’as jamais rien foiré, non ?

– Non, ce n’est pas ça, c’est juste qu’il ne s’intéresse pas à moi. Pour le chef, je suis juste un boulet pour le clan.

L’absence de critique négative peut en effet être perçue comme un désintérêt. On comprend alors pourquoi ce personnage est dévoué. L’auteur ne s’est pas contenté de ne faire que du gore, mais il a réfléchi à l’évolution de ses personnages. Puis il y a également le côté stratégique du papy. Ce côté-là est vraiment intéressant et l’intrigue se dénoue vraiment au dernier tome.

Malgré des scènes insoutenables, j’ai été captivée du début à la fin. Je conseillerai ce manga à ceux qui ont les tripes bien accrochés.

extrait

Publicités

2 réflexions sur “Ichi the Killer – Hideo Yamamoto (Tome 1 à 10)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s