NéaChronical, T1 : Memento Mori – Jean vigne

nea1Titre : NéaChronical, T1 : Memento Mori

Auteur : Jean Vigne

Date de parution : juin 2014

Editions du Chat Noir
Collection Griffe Sombre (fantastique sombre et gothique)

301 pages

Lu en ebook.
Extrait en ligne 

Ce mois-ci, pour le challenge 1 petite maison d’édition par mois, je suis partie à la découverte d’une trilogie : Néachronical. J’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Résumé :

Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l’esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D’autant plus qu’une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans.
C’est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée, c’est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creuse de jour en jour, pas seulement à cause de l’âge, mais également parce qu’une série d’événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain…

Maintenant, Néa n’a plus qu’une idée en tête : retrouver la mémoire afin de comprendre ce qu’il lui arrive.

Mon avis :

Néa se réveille dans un marais. On est de suite embarqué dans une histoire sombre et énigmatique. Dès les premières pages, le lecteur se pose plein de questions. J’ai aimé d’emblée l’humour cynique de Néa qui s’impose en narratrice. Forcément, j’avais lu l’extrait et savais en quoi m’en tenir. Cependant, j’avoue que j’ai mis du temps à vraiment m’attacher à elle.

Dans le premier chapitre, elle se réveille dans un marais glauque et l’auteur en profite pour poser le cadre : on a un aperçu de son histoire et de son caractère, mais c’est lorsqu’elle rentre chez elle que son caractère se dévoile vraiment. Néa avait 15 ans lorsqu’elle a disparu et, ne se souvenant pas des cinq ans qui ont suivi sa disparition, elle agit toujours en jeune fille de 15 ans. Et disons que ce n’est pas le genre de fille auquel on s’attache a priori : elle dit même à un moment qu’elle aime jouer les pétasses, avait pour but d’être la Reine du lycée, draguer et fondre devant les bad boy sans cervelle, etc. Je la trouvais un peu too much au départ. 

– salut
Je m’arrache à mes pensées peu constructives et dévisage l’auteur de la phrase du jour.
– Salut
Restons dans le laconique.
– Je m’appelle Brian.
Le garçon m’offre un sourire qui, au vu de sa belle frimousse, ressemble à un appât attrape greluche, du genre fourre-toi dans le lit et moi, je me charge de te fourrer autre chose. La synthèse même de ce que je déteste chez un type. Alors, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi je lui réponds ?
– Néa
– Néa… c’est un chouette prénom. Ça me fait penser à…
Il lève les yeux, réfléchit une poignée de secondes et achève son monument d’imbécillité d’un pathétique :
– Léa
OK, monsieur n’a pas fait Polytechnique, mais plutôt pyrotechnie avec sa cervelle de crabe.
– Tu es redoublant, je présume.
Ma répartie le scotche.
– Pourquoi, ça se voit tellement ?
– Non, juste un peu.

Ce passage à vide n’a pas duré longtemps, puisqu’ensuite j’ai été happé par le récit. Notre Néa devient de plus en plus mature tout en gardant cet humour cynique qui dynamise le récit et me fait sourire. Son humour est le bienvenu puisque l’histoire en elle-même est très sombre. Elle est déterminée à connaître la vérité. Qui l’a enlevé ? Pourquoi ? Que s’est-il passé durant ces 5 ans ? Et un des problèmes les plus intéressants : qu’est-elle devenue ? Je ne peux pas trop en dire mais elle ne semble plus humaine et a des pouvoirs originaux qu’elle découvre petit à petit. J’ai adoré la découverte de ses pouvoirs qui sont à la fois jubilatoires et effrayants puisqu’ils peuvent se retourner contre elle. On découvre que derrière son apparence belle gosse déjantée et rebelle se cache une jeune femme plus mature qu’il n’y parait, plus sensible aussi, et déterminée.

« Je joue la crâneuse, histoire de donner le change. J’ai toujours eu un caractère trempé – un sale tempérament, diront certains- m’affirmant même parfois dans une bagarre face aux garçons. Je ne suis pas du genre à pleurer devant un ongle cassé, des gifles, j’en ai reçues plus que ma dose, mais là, je dois l’avouer, je n’en mène pas large »

Malgré le titre centré sur Néa, il y a un récit en parallèle écrit à la troisième personne. Juliette a semble-t-il subi le même sort que Néa : nous découvrons l’antre des ravisseurs sous le prisme de cette jeune fille très attachante. On ressent sa détresse et on essaie de faire le lien entre sa situation présente et celle que Néa a vécu. Les liens ne sont pas évidents car je m’attendais à lever le voile sur ses pouvoirs grâce à ces passages, alors que le but des ravisseurs est très terre à terre (néanmoins glauque).

On ne voit pas bien quelle relation il peut y avoir entre les ravisseurs de Néa et ses nouveaux pouvoirs. L’auteur ne répond dans ce tome qu’à la moitié des questions que l’on se pose. La fin du tome est géniale. D’une part, on a vraiment l’impression d’une fin puisqu’on a la réponse à pas mal d’énigmes et l’action est à son apogée. D’autre part, on a également envie de se lancer dans le tome 2, car certaines réponses donnent lieu à d’autres questions. Je pense que le deuxième tome sera peut être plus axé sur le fantastique. J’ai hâte.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce premier tome bien rythmé. Néa, qui parait un peu too-much au départ, s’avère un personnage très attachant avec sa détermination sans faille et son humour cynique à souhait.

Pour info : A un moment, l’auteur s’immisce dans son histoire, j’ai trouvé ce passage assez drôle ! Il a également écrit une trilogie bit-lit : Le dernier vampire paru aux éditions du petit caveau.

Publicités

8 réflexions sur “NéaChronical, T1 : Memento Mori – Jean vigne

  1. Ce livre me fait de l’œil depuis un moment (et pis j’aime bien le Chat Noir). Je crains un peu le côté too much du personnage car comme toi, ce genre de comportement, ça m’horripile mais si c’est que au début, ça va. En tout cas, tu m’as bien donné envie de le découvrir ! Merci pour cette chronique.

    Kin

    J'aime

  2. Je viens juste de le terminer, et je n’attends qu’une chose : lire le deuxième tome (ce qui ne devrait pas trop tarder d’ailleurs ;))

    Après, je te rejoins sur le côté too much de Néa, au début. J’ai eu un peu de mal à m’attacher à elle, plus attirée par l’histoire en elle-même que par la sienne, mais on voit bientôt apparaître une autre personnalité, plus en profondeur.

    Malheureusement, ce n’est pas trop le cas des autres personnages, à croire que personne ne s’attache à personne, en fin de compte. Je trouve aussi que l’auteur a trop accentué le côté « méchant » de Bezan et de sa bande. A mon sens, ils auraient plutôt dû se montrer… pragmatiques ? Ou dans la logique du profit, quoi.

    Cela dit, ça reste un très bon récit d’urban fantasy 😀 !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton avis très complet. C’est vrai que quand tu parles des autres personnages, ils ne m’ont vraiment pas marqué ! Du coup, je vais bientôt commencer la suite (j’ai lu 3% mais j’ai fait passer un SP avant au final)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s