La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

la vérité sur alice

Titre : La vérité sur Alice

Auteur : Jennifer Mathieu

204 pages

Editions Pocket Jeunesse

Sortie vf : 4 février 2016

 

 

« Les gens ne deviennent pas méchants et vicieux du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire. »

Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une trainée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée et qu’elle a provoqué la mort de l’un d’entre eux.
Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret…
Quelle sera la votre ?

Aujourd’hui, je vous présente un livre sur le thème du harcèlement scolaire qui fait déjà pas mal de bruit sur la blogosphère. Avant de le commencer, je savais donc déjà deux choses majeures sur ce livre :

  • L’histoire est écrite de plusieurs points de vue, celui d’Alice n’arrive qu’à la fin.

J’adore cette idée et c’est ce qui m’a poussé à emprunter ce livre. Maintenant que je l’ai lu, j’aime toujours autant l’idée ainsi que les personnages choisis pour exprimer leurs points de vue. Nous avons ses anciens potes notamment sa meilleure amie, ainsi que son admirateur secret, l’intello du bahut (personnage que j’ai adoré). On dirait vraiment une succession de témoignages (il y a même quelques différences de style selon la personne qui parle). Ils ont tous leur point de vue sur la vérité (garce ou pas ?), mais ce n’est pas vraiment la vérité qui importe selon moi…

« On ne s’est pas disputées. On n’a pas causé de scène. Alice Franklin était ma meilleure amie, puis petit à petit, elle est devenue moins proche, une connaissance, jusqu’à ne plus être quoi que ce soit pour moi. »

  • Alice ne subit pas des brimades physiques mais morales et de manière progressive.

Alice subit une mise à l’écart progressive et sournoise qui va dégénérer. J’aime aussi cette idée qui montre que la lâcheté des autres est déjà horrible en soi, que chacun a sa part de responsabilité. Certains lecteurs ont fait remarqué que cela ne parait pas grand-chose mais je trouve que les différents points de vue font quand même bien ressortir que de passer à un statut de fille appréciée « populaire » a une mise à l’écart est déjà assez dur à vivre… Ainsi que faire face aux différentes rumeurs tenues pour vrai par la majorité y compris des adultes. La jeune fille ne devient plus que l’ombre d’elle-même, « un pull gris sur patte ». Evidemment, ce livre n’est pas exhaustif sur le harcèlement puisqu’on n’a pas le point de vue d’Alice, mais j’ai vraiment aimé le choix de narrer sa mise à l’écart du point de vue des autres.

Et c’est ce qui importe selon moi dans ce livre, je l’ai trouvé très réaliste dans les faits et dans l’expression sincère des différents personnages qui témoignent. Le thème du harcèlement n’est donc pas le seul que le livre touche du doigt : l’amitié et ses ambiguïtés, les effets de groupe, les non-dits, l’éducation sexuelle, les relations mère-fille. Chaque personnage ne sert pas qu’à parler d’Alice, même si le drame dont elle est supposément l’origine et sa mise à l’écart en sont le fil conducteur. Ils m’ont tous intéressé d’une manière ou d’une autre, par leur histoire, leurs problèmes, même si toute cette narration tend à expliquer leur passif psychologique : pourquoi ils agissent comme ça face à un tel drame. Et le sujet n’est pas traité avec manichéisme. J’ai trouvé ce livre beaucoup plus intéressant que ce à quoi je m’attendais. Je m’attendais à moins de profondeur, que ça serait traité comme si seule la vérité comptait. Mais quoi qu’elle ait fait, Alice ne méritait pas un tel traitement de la part des autres et c’est tout le cheminement qui cause cette mise à l’écart qui est mis en exergue. Malgré des points de vue différents du sien, on la voit évoluer au fil de l’histoire, elle et certains autres adolescents. Jusqu’au final que j’ai beaucoup aimé !

« Chacun se dit ami : mais fou qui s’y repose ; Rien n’est plus commun que le nom, Rien n’est plus rare que la chose. » La fontaine.

Je ne sais pas si c’est vraiment dans ce livre que j’ai vu cette citation de La fontaine relayé par un des protagonistes, car je n’ai pas réussi à la retrouver dans ma relecture expresse. N’empêche que ça lui correspond bien

En bref, j’ai trouvé ce livre intéressant et prenant (dévoré en quelques heures) grâce à son réalisme et aux points de vue originaux choisis par l’auteur. On comprend bien les différents adolescents sans jamais tomber dans le pathos. Ce fut une bonne surprise pour ma part !

Publicités

8 réflexions sur “La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

    1. Le thème est peut-être un peu trompeur dans le sens où on voit vraiment le côté « bourreau », finalement des jeunes pas si méchants que ça d’ailleurs. C’est cette petite distance avec Alice qui déplaît à certains (s’attendant à des passages poignants sur la personne harcelée) et que j’ai beaucoup aimé pour ma part.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s