Tous nos jours parfaits – Jennifer Niven

tousnosjours

Tous nos jours parfaits, Jennifer Niven, éditions Gallimard, 377 pages (2015)

Résumé  : Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.
Mon avis : 

Ce livre, qui a reçu beaucoup d’avis dithyrambiques par ailleurs, est ma première déception de l’année. J’espère ne pas être trop sévère, je rappelle que c’est mon ressenti et que ce livre a récolté davantage de coup de cœur que d’avis mitigés.

J’avoue que je me suis forcée à le finir, bien qu’il se lise vite et qu’il y ait des passages agréables. L’écriture est agréable, quelques réflexions des personnages sont agréables, eux-mêmes sont agréables… mais je suis passée à côté de tout ça.

Je vais commencer par les personnages. Je ne les ai pas détestés, mais je ne les ai pas trouvés attachants pour autant. Finch est un personnage sympathique. Déprimé, il est néanmoins plein d’entrain, plein de bonnes idées et de vitalité. Je n’ai pas réussi à ressentir sa dépression. C’est un point qui m’a gêné. Je ne sais pas si c’est dû au fait que j’ai connu la dépression adolescente (et je me demande si on en sort vraiment..), mais j’aurais voulu être plus empathique envers ce que vit ce personnage. Quand on a vécu quelque chose, on a tendance à chercher un écho dans la littérature et si je l’ai trouvé dans d’autres livres (Tout plutôt qu’être moi, pour ne citer que lui), ce n’est pas le cas ici. De plus, Finch semble avoir un caractère de battant (y compris dans sa phase sombre). Et du coup, au vu de l’intrigue, je n’ai pas trouvé son caractère toujours cohérent avec ses agissements. Ok, il est bipolaire, mais quand même… il a des actes mûrement réfléchis (réflexion de quelques jours…) qui pour moi ne concordent pas trop avec sa personnalité. Et si cette histoire est racontée des deux points de vue (Violet, Finch, chacun à la première personne), il n’y a pas le point de vue de Finch sur ce qui me fait douter de sa crédibilité… d’un côté on nous dit qu’il est juste malade (p271), d’un autre qu’il n’a pas une vie de famille heureuse, mais c’est pas ça qui le rend déprimé… enfin, tout est trop confus pour moi. Je n’ai pas vu l’intérêt de lui attribuer une telle famille, et j’aurais bien aimé leur point de vue.
Voilà, après ce n’est que mon avis, en relation avec mon vécu (mon expérience ou celles d’amis proches).

Je la dévisage longuement. Je connais assez bien la vie pour savoir qu’on ne peut pas compter sur les choses pour demeurer telles qu’elles sont, ou rester à porter de main, même si on ne souhaite que ça. On ne peut pas empêcher les gens de mourir. On ne peut pas les empêcher de partir. On ne peut pas s’empêcher soi-même de partir non plus. Je me connais assez pour savoir que personne ne peut me tenir éveillé, m’empêcher de sombrer dans le Grand Sommeil. Ça ne tient qu’à moi. Mais bon sang que cette fille me plait. (p145, point de vue de Finch)

Du coup, j’ai trouvé Violet mieux travaillée notamment dans son ressenti. Ce n’est pas un personnage foncièrement original, mais je l’ai trouvée plus touchante. Elle vit le deuil de sa grande-sœur, décédée un an plus tôt dans un accident de voiture dont elle se sent coupable. Alors qu’elle était une jeune fille populaire et pleine de vie, ce deuil l’a conduit en haut d’un clocher, et c’est là qu’elle rencontre Finch.

Les deux personnages se trouvent… apprennent à se connaître, à s’aimer. Finch aide Violet dans son deuil, lui redonnant envie de vivre. Là, je n’ai pas été spécialement touchée mais j’ai trouvé ça objectivement mignon et plein d’espoir… le truc, c’est qu’on a beaucoup d’indices sur ce qui nous attend à la fin, bien qu’elle arrive comme un cheveu sur la soupe. C’est dur à expliquer, je l’ai trouvé prévisible mais illogique. Prévisible via quelques phrases (notamment les citations de Virginia Woolf, et j’avais déjà l’impression d’avoir vu ce schéma ailleurs…) mais même si j’avais deviné, je trouve que la succession des événements qui nous conduit au dénouement n’est pas forcément très crédible, puis c’est assez décevant. Je me suis forcée à continuer car j’étais curieuse de voir comment l’auteure allait nous faire passer ça, et j’ai été déçue.

Pour revenir à l’intrigue… J’ai trouvé l’histoire assez longue, je me suis ennuyée à plusieurs reprises. Je n’ai pas trouvé la romance très aboutie, j’aurais voulu trouver plus de passion… c’est peut-être dû au style « young addult ». Dans leur relation, le seul passage que j’ai trouvé vraiment bien est celui de leur dispute, car il y a une sorte de carapace qui se brise. En fait, Violet se dit que Finch est son meilleur ami, mais il demeure pas mal de tabous entre eux. J’ai trouvé ça touchant, et j’aurais aimé que ce point soit approfondi. Leur relation m’a également fait penser aux deux héros de nos étoiles contraires. J’avais aimé ce côté-là dans le film, mais ici j’aurais voulu autre chose, quelque chose de plus original et qui aurais mieux collé, selon moi, avec l’intrigue.

En bref, j’ai été déçue par ce livre. Mais il fut un coup de cœur pour beaucoup de gens alors je vous conseille de lire d’autres avis, voire le livre ! J’ai trouvé les personnages peu attachants, Finch peu cohérent. J’ai été plus émue par les notes de l’auteure que par l’histoire. Vraiment, c’est un sujet important et ce qu’elle en dit dans ses notes est très intéressant. Mais même si ses intentions étaient louables, je n’ai pas ressenti le message qu’elle voulait faire passer dans ce livre. 

J’en profite pour vous rappeler un de mes coup de cœur de 2016, sur le thème de la dépression : Tout plutôt qu’être moi.

prixlitte

Publicités

18 réflexions sur “Tous nos jours parfaits – Jennifer Niven

  1. J’ai moi aussi un avis mitigé sur ce livre. J’ai trouvé que cela mets du temps à devenir intéressant. Le début très plat, très commun, comme tu le dis les personnages ne sont pas très attachants.. J’ai cependant eu beaucoup plus de plaisir à lire la seconde moitié du roman. Certes la fin est prévisible, mais j’ai quand meme trouvé qu’il y avait de beaux passages et de belles réflexions sur la vie, l’amour et la maladie. Cela n’a cependant pas suffit à rattraper ma lecture. Je te rejoins donc sur cette lecture! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Haha Les livres sont comme des personnes, ils ne plaisent pas à tout le monde. Puis je pense que ce sont des sujets très forts qui font appel à diverses sensibilités, et j’ai bien vu qu’en dépit de mon avis, tous nos jours parfaits a touché pas mal de monde !

      J'aime

    1. Je t’encourage à te faire ton propre avis. C’est vrai que ce n’était pas spécialement mon genre non plus (heureusement, je l’ai emprunté^^), mais il m’arrive de m’écarter et d’être conquise, là ce n’est pas le cas. Si tu le lis, je te souhaite une meilleure lecture !

      J'aime

    1. J’avoue que ce livre me tentait à demi, mais je m’attendais à une bonne surprise à force de n’en lire que du bien. Puis les thèmes du deuil, de la dépression adolescente, ça m’interpellait (je craignais juste la romance, peur que ça soit niais, mais je n’ai pas trouvé ce point dérangeant en fait). Bon, j’ai vu après coup que d’autres ont été déçus comme moi. Je te conseille évidemment de te faire ton propre avis.

      J'aime

  2. J’avais eu un coup de coeur pour ce roman sur le moment, mais je pense que si je le relisais, ça serais juste une bonne lecture. Je te comprends sur le fait que Finch soit peu cohérent…et la fin m’a assez déçue quand même !

    Aimé par 1 personne

  3. Tout comme toi, j’ai été déçue par ce livre malgré le sujet qui m’intéressait beaucoup. Le fait que la maladie de Finch ne soit pas clairement présentée et seulement évoquée par des métaphores, des instants où il ne va pas bien (sans expliquer en détail ce qu’il ressent ou ce qu’il se passe) et toujours détourner la réalité pour ne pas l’exposer, m’a un peu gâché ma lecture. Et effectivement, l’auteure explique que ça peut arriver à n’importe qui sans qu’on le voit, mais elle ne donne aucune clé pour justement éviter et comprendre la bipolarité.

    Aimé par 1 personne

  4. Je n’ai jamais été attiré par ce roman (malgré les nombreuses chroniques positives) mais c’est un peu de mal avec les romans jeunesses qui ne soient pas liés au fantastique … Ta chronique me conforme sur mon idée de ne pas m’aventurer sur ce roman ^^

    Aimé par 1 personne

    1. C’est que j’ai trouvé, mais beaucoup ont un coup de coeur pour ce livre. Disons que l’auteure traite des troubles bipolaires du personnage sans vraiment expliquer… pour ma part, j’ai trouvé que ça collait pas trop (son trouble + quelques une de ses réactions) mais d’autres ont aimé cette interprétation.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s