Premières lignes #21

Je vous retrouve le rdv « Premières lignes » initié par Ma Lecturothèque.

Rappel du principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit.

Pourquoi ce choix ? C’est une de mes dernières lectures en date, et puisque j’ai beaucoup aimé (ma chronique), je ne résiste pas à vous présenter les premières lignes, au cas où vous hésiteriez encore. 🙂 On commence par le point de vue de Joana, et si vous vous lancez, vous trouverez un point commun dans la première phrase de chaque personnage. Mais pour ça, je vous laisse la surprise !

seldenoslarmes

La culpabilité n’a de cesse de vous poursuivre.
Ma conscience, railleuse, me cherchait querelle comme un enfant de mauvaise humeur.
C’est entièrement ta faute, chuchota la voix.
J’accélérai le pas et rattrapai notre petit groupe. « si jamais les Allemands nous trouvent sur cette route de campagne, pensais-je, ils nous chasseront aussitôt. »
Les routes étaient réservées aux militaires. Les autorités n’avaient pas encore émis d’ordre d’évacuation, et quiconque était surpris à fuir la Prusse-Orientale se voyait catalogué comme déserteur. Mais peu importait ! C’était déjà mon cas quatre ans plus tôt, quand j’avais fui la Lituanie.

Le sel de nos larmes, Ruta Sepetys, édition gallimard, 2016, 464 pages. 

Publicités

6 réflexions sur “Premières lignes #21

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s