L’élégance du hérisson -Muriel Barbery

couv28384710L’élégance du hérisson, Muriel Barbey, 2006, 410 pages aux éditions Folio

4ème de couverture : 

 » Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois.
Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches.
Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.  »

Lu dans le cadre du challenge LDPA (Livra’deux pour pal’Addict) sous les conseils d’Aud042 de lightandsmell.

Ce challenge consiste à choisir trois livres dans la PAL de l’autre, qui devra en lire au moins un. Dans sa PAL, j’avais choisi : Le livre perdu des sortilèges, La mort est mon mérier et Fils de l’eau. Elle a lu Fils de l’eau de Byeong-mo Gu dont voici la chronique. Cela pourrait vous intéresser, ce livre a l’air vraiment bien ! En tout cas, il est à présent dans ma wish. 🙂

Dans ma PAL, elle avait choisi Six Of crows, Laitier de nuit et L’élégance du hérisson, qu’elle avait lu et beaucoup aimé. Il est dans ma PAL depuis sa sortie en poche, autant dire qu’il se faisait de vieux os sur mes étagères… Je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais de me lancer, et j’ai bien fait !!

Mon avis :

La quatrième de couverture vous donne un aperçu des deux personnages sans trop en dire sur l’histoire. On sait que ce sont deux personnes en décalage avec les autres : Renée qui cache ses passions pour l’art, la littérature (Léon Tolstoï étant son auteur favori) afin d’être conforme à l’image que l’on se fait d’une concierge. Raffinée à l’intérieur, elle ne prend pas soin d’elle et se bride lorsqu’elle parle aux habitants de l’immeuble, fait semblant d’être bête… C’est sa couverture.
Paloma habite également cet immeuble. Petite fille très intelligente, elle ne se sent pas à sa place dans le monde. Monde qui s’arrête à cet immeuble (et son école) où les riches sont caricaturés. De quoi être désespérée.

Nous suivons ces deux personnages dont la rencontre va tout changer… celle entre Paloma et Renée, mais c’est aussi et surtout la venue d’un nouveau personnage qui va les faire sortir un peu de leur monde.

J’ai de suite été prise dans la vie de Renée. J’avais un peu peur que cela soit trop intellectuel avec des références que je ne comprendrais pas (ce que j’avais entendu dire). Personnellement, je n’ai pas trouvé cela pompeux et je trouve au contraire le style de Muriel Barbery très agréable, correspondant parfaitement aux personnages qui s’expriment dans le roman. J’ai le souvenir d’un seul passage qui m’a embrouillé et peu intéressé (sur la phénoménologie il me semble), une broutille donc. Il y a également beaucoup d’humour, qui rend la lecture de ce livre légère.

Paloma tient un cahier de « pensées profondes » qui sont délicieuses. Son regard sur le monde est très intéressant, même s’il s’agit d’un microcosme. En effet, certains ont déploré que les personnages secondaires fussent clichés et je ne vais pas démentir ce propos. Toutefois, il y a du vrai là-dedans, et l’exagération est parfois intéressante pour aller au bout des idées.

Ces personnages qui ne sont pas ce qu’on attend d’eux vont s’ouvrir, se révéler. Et changer de cap. J’ai adoré ce livre, mais je reste indécise sur la fin qui a le mérité d’être surprenante.

En bref, j’ai adoré ce livre avec lequel on rit, on réfléchit au côté de personnages hauts en couleur.

Merci à Aud042 pour ce choix ! 🙂

Publicités

23 réflexions sur “L’élégance du hérisson -Muriel Barbery

  1. J’avais essayé dernièrement de lire ce livre mais il m’avait paru d’emblée tellement désagréable et caricatural (même dans son désir de renverser les stéréotypes), que j’avais abandonné… C’était peut-être une erreur.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne saurais dire, car j’ai accroché dès le départ (malgré le fameux passage sur la phénoménologie), donc je ne te conseille pas forcément d’insister. Au début, on se demande pourquoi Renée se cache et on le comprend vraiment vers la fin. Le troisième personnage, M. Ozu, contrebalance un peu les clichés car il est riche mais ouvert. Il voit en Renée une personne et non « la concierge ». Il me semble que certains ont accroché à partir de là.

      Aimé par 1 personne

      1. Hm je vois ce que tu veux dire. Après je n’ai pas trouvé les personnages vraiment méchants (comme le fils du voisin décédé qui revient à la fin exprimer sa gratitude -me souviens plus du nom-, et même les parents de Paloma qui sont plus dans le cliché de la stupidité que de la méchanceté). Je les ai surtout trouvés indifférents à l’autre, mais pour avoir des amies caissières, je me dis que ces personnages sont plus réalistes que celui de Ozu dans la façon de traiter de Renée. Ozu, c’est un peu le prince charmant.
        Après c’est vrai que ce livre joue énormément sur les clichés.

        J'aime

  2. Je suis en train de le lire, mais je n’arrive vraiment pas à avancer. Je trouve l’écriture très compliquée et l’histoire n’avance pas du tout. Je trouve même qu’il n’y a pas d’histoire. A voir du coup par la suite ^^

    Aimé par 1 personne

    1. L’histoire est assez simple (elle démarre vraiment avec l’arrivée de M. Ozu). S’il n’y avait pas la fin « sérieuse », je résumerais mon impression en disant que c’est un roman feel good. Le fond est assez léger, même si l’écriture est soutenue. J’espère que tu accrocheras mieux par la suite ! J’irai lire ton impression finale.

      Aimé par 1 personne

      1. Ben je crois que je vais l’abandonner, ou alors le lire trèèès lentement. Je suis presque à la page 100, et pas de trace de M. Ozu, donc ça commence à faire long. :/

        J'aime

  3. La fin est tellement triste et émouvante ! Se dire que ça nous arrivera jamais c’est faux, donc je la trouve quand même réaliste et tragique parce qu’on ne s’attendait pas à ça, j’attendais vraiment qu’elle soit heureuse et non TT C’est un de mes livres qui aura changé ma vie L’élégance du hérisson !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s