Premières lignes #39

Je vous retrouve pour le rdv « Premières lignes » initié par Ma Lecturothèque.

Rappel du principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit.

Pourquoi ce choix ? Comme promis dans mon article sur la RLN 2017, je profite ce mois-ci du rdv premières lignes pour vous présenter des romans de la rentrée. Celui-ci est un des premiers pour lesquels j’ai jeté mon dévolu. L’autrice est israélienne et nous conte, via ce « thriller humanitaire », les fractures de son pays ainsi que le sort des clandestins.

réveiller les lions

L’homme, il le percute précisément au moment où il songe que c’est la plus belle lune qu’il a vue de sa vie. Il continue encore un instant à se dire que c’est la plus belle lune qu’il a vue de sa vie et soudain cette pensée s’arrête net, telle une bougie qu’on aurait soufflée. La portière du 4 x 4 s’ouvre, il l’entend, sait que c’est lui qui l’a ouverte, que c’est lui qui sort à présent de la voiture, mais il accomplit tous ces gestes sans vraiment les connecter à son propre corps, c’est comme de passer la langue sur des gencives anesthésiées, tout y est, mais pas vraiment. Ses pieds écrasent le gravier du désert, le scratch-scratch prouve que c’est bien lui qui l’écrase et qu’après son prochain pas il y aura l’homme qu’il a percuté.

Réveiller les lions, Ayelet Gunda-Goshen, éditions presses de la cité (7 septembre 2017), 416 pages


5 réflexions sur “Premières lignes #39

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s