Premières lignes #42

Je vous retrouve pour le rdv « Premières lignes » initié par Ma Lecturothèque.

Rappel du principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit.

Pourquoi ce choix ? Je poursuis les explorations de la #RLN2017 avec un livre aux éditions Métaillié, l’histoire de deux otages dans le désert irakien, annoncé comme « un huis clos étouffant ». J’espère le trouver en médiathèque prochainement !

otages

LE REDUIT

“Qu’est-ce que tu vois ?” chuchota Albert avant de ramener la tête en arrière et de répéter un peu plus fort : “Qu’est-ce que tu vois ?” Il lécha ses lèvres sèches et essuya contre le mur la sueur qui perlait à son front. L’idée que la misérable perspective offerte par cet interstice entre deux lames de bois mal rabotées pourrait être sa dernière impression du monde extérieur ne l’angoissait pas seulement, elle l’amusait aussi. Ce trou perdu dans le nulle part aurait fait paraître grotesque, ne fût-ce que par son insignifiance, tout ce qui l’attendait. Je vais crever dans une étable, parmi les paysans et les chameliers, au milieu d’une nuée de mouches, sous ce soleil despotique dont le rayonnement semble assez lourd pour faire gémir le bois de la baraque.

Otages, Sherko Fatah, éditions Métaillié (2017), 288 pages


5 réflexions sur “Premières lignes #42

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s