La somme de nos folies – Shi-Li Kow

lasommedenosfoliesLa somme de nos folies, Shi-Li Kow, éditions Zulma (2018), 367 pages

À Lubok Sayong, petite ville au nord de Kuala Lumpur, tout est indéniablement unique. Jusqu’à la topographie, une cuvette entre deux rivières et trois lacs, qui lui vaut chaque année une inondation et son lot d’histoires mémorables.

Cette année-là, exceptionnelle entre toutes, l’impétueuse Beevi décide de rendre enfin la liberté à son poisson qui désespère dans un aquarium trop petit, d’adopter Mary Anne, débarquée sans crier gare de son orphelinat où toutes les filles s’appellent Mary quelque chose, et d’embaucher l’extravagante Miss Boonsidik pour l’aider à tenir la grande demeure à tourelles de feu son père, reconvertie en bed & breakfast…

Je vous avez part dimanche dernier, dans mon article « premières lignes » de mon enthousiasme sur le début de cette lecture. J’avais confié mes premières impressions :

C’est un livre qui vous emporte facilement avec ses personnages, simples et attachants, dans leurs histoires de vie, toujours simples quoique dramatiques et cocasses par moment, racontées avec humour et fluidité. Vraiment charmant. J’ai l’impression de passer des vacances à Lubok Sayong, village malais qui n’existe pourtant pas…

Maintenant que j’ai fini le livre, je ne reviens pas dessus, mais j’ai trouvé fort dommage l’absence d’une réelle intrigue. Du coup, mon avis en début de livre était enthousiaste, car oui j’avais l’impression d’y être et j’ai totalement accroché aux personnages, à l’humour… mais je m’attendais à ce que cet enthousiasme aille crescendo et que toute cette narration serve une intrigue. Alors oui il se passe des trucs (plusieurs petites intrigues) et on voit que l’autrice avait préparé une fin, mais ça ne semble pas assez structuré. Du coup, je suis tout de même restée sur ma faim, sans regretter le moins du monde cette lecture propice à l’évasion.

Je ne sais pas si je suis claire. Dit comme ça, ça fait mitigé, mais cette lecture a été addictive en dehors de deux ou trois petits passages longuets. Les habitants n’ont pas des vies si extraordinaires (ou alors je ne suis pas facilement impressionnable), mais j’ai pris plaisir à les suivre. J’avais l’impression que tout était réel, car c’était cocasse, mais pas trop. Je ne sais pas si j’ai lu ou vécu ce livre. Quand je referme un livre, je me demande toujours si le livre va me marquer longtemps, j’essaie de retenir ce que je ne veux absolument pas oublier…

Et là, je ne savais pas, j’ai tout englobé comme un joli* voyage, avec des vrais gens, qui vivent encore en ce moment-même en Malaisie. Et dans les voyages, il n’y a pas forcément d’intrigue, on s’incruste dans la vie des personnes pour un temps, et quand on repart tout le monde continue sa vie de son côté. 

En bref, un voyage humain. Si je devais le noter, ça serait un 4/5.

joli* malgré les différents drames qui sillonnent le récit, ne vous attendez pas non plus à une croisière si vous vous laissez tenter ! C’est juste qu’au final, c’est beau.

#lasommedenosfolies #shilikow #MLR18 #Rakuten

J’ai lu ce livre à l’occasion des matchs de la rentrée littéraire organisés chaque année par priceminister. 🙂

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s