Les illusions de Sav-Loar – Manon Fargetton

Les illusions de Sav-Loar, Manon Fargetton, éditions Bragelonne (2016), 665 p EXISTE EN POCHE

Les one-shots en fantasy sont plutôt rares et Manon Fargetton nous en offre un de bonne facture. On retrouve l’univers du Royaume d’Ombre auparavant exploré dans l’Héritage des rois-passeurs que j’avais beaucoup aimé. C’est un univers plutôt classique où les femmes magiciennes sont persécutées dès la naissance. Si elles survivent, elles doivent rejoindre Sav-Loar, une cité légendaire cachée par des illusions. C’est ce que va devoir faire la jeune Bleue, 12 ans, après une vie de souffrance et d’esclavage…

[D’ailleurs attention, le début du roman est parfois dur, on est bien sur de la fantasy adulte]

Elle sera accompagnée de personnages hauts en couleur. Les personnages sont pour moi le premier point fort de ce roman. Ils ont du relief, ne sont pas parfaits, parfois même énervants… et ils évoluent de manière cohérente. Je trouve que c’est un point très important, parfois difficile à gérer dans un one-shot, et là il n’y a pas un personnage secondaire qui ne soit pas un minimum travaillé. Je tenais à le souligner. Le seul bémol est que certains semblent perdre de l’importance au fil de la narration (au niveau quantitatif), même si c’est un choix logique puisque l’intrigue évolue davantage du côté des magiciennes.

« Les magiciennes de l’académie n’avaient jamais demandé à être identiques aux hommes, simplement à être traitées de la même manière en ayant accès aux mêmes fonctions. »

L’enjeu de l’intrigue et son traitement sont pour moi le deuxième point fort de ce roman. Je ne peux en dire beaucoup plus sans divulgâcher, mais sachez que l’intrigue n’est pas résolue de manière manichéenne. Les personnages sont riches, je l’ai dit, et cela permet une pluralité de points de vue qui se complètent, une diversité au niveau des actions avec de bons rebondissements. En plus de nous divertir, l’autrice nous fait réfléchir sur le féminisme. Il y a également le thème de l’histoire et de la religion (une autre facette de l’intrigue que j’ai peu commentée, mais qui est intéressante avec divers cultes et la présence des dieux dont le point de vue est présent). Comment et par qui le passé est écrit, conservé : un appel à faire preuve d’esprit critique dans les combats qui nous animent.

Pour ceux qui l’ont lu, j’ai particulièrement aimé Oreb notamment sa réflexion lors [!!surligner pour voir le spoiler]du combat final.[Fin spoiler].

En bref, une excellente lecture, et je ne serais pas contre retourner au Royaume d’Ombre pour un troisième one-shot.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s