S’enfuir : récit d’un otage – Guy Delisle

s'enfuirS’enfuir : récit d’un otage, Guy Delisle, Editions Dargaud (septembre 2016), 428 pages

En 1997, alors qu’il est responsable d’une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l’a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité – un enfer qui a duré 111 jours. Que peut-il se passer dans la tête d’un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ?

BD lue dans le cadre La BD fait son Festival, opération de priceminister.

Mon avis :

Alors qu’il travaille dans l’humanitaire, Christophe se fait kidnapper. Guy Delisle relate son expérience  travers ce roman graphique.

J’aime beaucoup les reportages dessinés. Ici, nous suivons Christophe sur 400 pages, enfermé, se demandant constamment quand va-t-il sortir. D’abord espérant que ça ne sera pas long, qu’on le retrouvera vite, il voit les jours se succéder impuissant. Ce n’est donc pas quelques jours qu’il restera enfermé, mais quelques mois.

extrait1

Le trait simple et la sobriété des planches conviennent parfaitement aux circonstances. Le lecteur, comme l’otage, voit les jours se succéder et se ressembler malgré les saisons qui défilent au dehors : l’enfermement, la solitude, et parfois de l’espoir lorsque la routine est bousculée. En effet, de rares fois, Christophe quitte la pièce. Les contacts avec ses geôliers ne sont pas simples notamment du fait de la barrière de la langue, ce qui accentue d’autant plus la solitude. Avant qu’il ne se ressaisisse, on voit même poindre un syndrome de Stockholm.

extrait2

Le lecteur est donc pris dans cette angoisse, dans cette monotonie, et dans le stress final. J’ai aimé le court épilogue qui nous donne les réponses qui nous manquent, et si l’on repose cette BD un peu plus apaisée, on ne peut s’empêcher d’être marqué. Tous ces jours (un jour = un chapitre) de captivité retranscrits avec justesse et sincérité ne vous laisseront pas indemne !

extrait3

J’ajoute que je ne connaissais pas Guy Delisle et que je vais m’intéresser de plus près ses autres travaux.

En bref, un récit que je vous conseille chaudement. Vous vivrez dans l’angoisse le temps de sa lecture, mais vous ne le regretterez pas !

Note : 20/20.

Extraits pris sur le site du monde.

Publicités

15 réflexions sur “S’enfuir : récit d’un otage – Guy Delisle

  1. Je ne connaissais pas cet ouvrage de Guy Delisle mais tu me donnes envie de le lire. J’ai lu Jérusalem de cet auteur qui m a beaucoup marqué. Je te le recommande! Il arrive à nous décrire l ambiance et La vie dans cette ville sans prendre position, j ai adoré! Il y a aussi Pyongyang qui traine dans ma PAL et que j’ai hâte de sortir!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s